Mine and Run

November 28, 2017

Ceinture de Gideon, Système Virgil, 28 Novembre 2947 ...

 

Je savais où trouver Toshiro et j'espérais sérieusement que le convaincre, serait plus simple que de l'atteindre.

 

L'accès au Système Virgil est réglementé.

J'avais dû soudoyer quelques personnes pour que l'autorité ferme les yeux sur ma petite incursion dans le secteur.

Quant à Takeda, je suppose que ses relations l'ont dispensé de toute formalité.

 

Virgil ... J'étais déjà venu par le passé, dans une autre vie.

A chaque fois que j'approche de ce système, je ne peux m'empêcher de penser à toutes les âmes perdues ici.

La planète devait être magnifique. On y trouvait des forets tropicales impressionnantes et des champs très vastes pour la production agricole, qui y était importante due à la présence de "super nutriments" dans le sol. 

 

C'était il y a plus d'un siècle. Les vanduuls n'ont rien laissé. Virgil est un monde dévasté plongé dans un hiver nucléaire et symbole pour tous, de la cruauté des vanduuls.

Takeda avait lancé une opération risquée. L'idée était de pénétrer dans le système et de miner les astéroïdes à la barbe des vanduuls. Il avait préparé un Orion et une petite escorte dans ce but, le tout en baissant au maximum les signatures, pensant passer inaperçu en restant sur l'extérieur de la ceinture.

D'après les rapports, il n'y avait pourtant rien de très intéressant à miner. Enfin, rien qui ne vaille le risque à mon sens. Peut être avaient ils trouver autre chose.

 

L'équipe de Toshiro avait monté une petite plateforme de fortune avec quelques modules pour permettre un minimum de commodités.

 

William et Carlos Ramirez m'ont accompagné. 

Le gamin était imperturbable aux commandes de mon Constellation. Pour Ramirez c'était différent. Il n'était pas très emballé à l'idée de me laisser partir seul dans "ma boite de conserve". 

 

Will trouva un cratère assez sympathique. Un bon endroit pour se planquer en attendant mon retour. J'ai donc pris le Merlin et je me suis dirigé vers la plateforme sur laquelle était déjà posé le vieux Freelancer MIS de mon contact.

 

 

Sur place, Toshiro m'accueilli lui même.

Ils étaient trois dans les modules de la plateforme. J'y ai rencontré Nick Pauwels, un technicien qui s'occupait de gérer leur radar et les communications entre la plateforme et l'Orion. Ainsi qu'une charmante brune, répondant au nom de Davina. Elle était en repos forcé après avoir passé de nombreuses heures sur l'Orion. Cette pause ne semblait guère lui plaire, elle n'était pas très causante.

Toshiro me résuma sa situation.

Il avait accumulé pas mal de problèmes et s'était fait pas mal d'ennemis. Du coup, il avait décidé de tout laisser tomber pour tenter le coup dans ce business.

Il pensait avoir réussi à masquer ses traces, pour le moment du moins. 

 

Il avait repris contact un peu par hasard, avec l'un de ses anciens comparses, Jacob Kriel, avec qui il avait servi dans la Navy. Kriel avait une idée farfelue et le savoir faire, mais il manquait de fonds. De l'autre côté, Toshiro avait un bon paquet de fric, mais ne savait pas dans quoi l'investir. Alors les deux se sont associés.

 

Manque de pot pour moi, coup de bol pour Takeda, certains appelleraient sûrement cela le destin, mais c'est précisément  au moment de ma visite, que le passé de Toshiro le rattrapa.

 

Un Caterpillar et son escorte entrèrent dans le système à proximité directe de l'Orion et ils lancèrent une attaque sur le vaisseau dans le but de détruire ses moyens de défense. Ses escorteurs furent éliminés, sans avoir le temps de tenter une riposte.

Du coup, le radar brillait comme un sapin de noël et la furtivité, clé de l'opération était totalement compromise. C'est peut être ce que cherchaient ces pirates... Ils prirent contact rapidement, en prenant soin de brouiller les communications afin qu'on ne puisse émettre au delà du système. Fort heureusement, "mon" escorte était planquée non loin.

Le pirate s'appelait Jonas Jamieson, un ancien partenaire de Toshiro. L'un de ceux avec qui ça s'était mal passé.

Sa demande était toute simple, il voulait Toshiro, ainsi que l'Orion et sa cargaison. Il lui donna dix minutes pour prendre une décision en promettant qu'à défaut, ou dans la négative, il aborderait l'Orion et exécuterait l'équipage.

Davina qui avait été silencieuse jusque là, ne manqua pas de nous faire part de son inquiétude ... Avec insistance. Je compris qu'elle était la fille de Jacob Kriel et que son frère et lui se trouvaient à bord de l'Orion.

 

Le compte n'était pas en notre faveur, on comptait un Cutlass et trois Buccaneer escortant le Caterpillar. Ce n'était statistiquement pas brillant. Sans l'escorte de l'Orion, nous avions un Freelancer et ma "boite de conserve".

Je me doutais que la situation n'avait pas échappée à William et Ramirez, mais qu'en l'absence d'ordre, il resteraient silencieux. A défaut d'une communication longue portée, il fallait que j'arrive à joindre le constellation sans les mettre en danger.

M'entendant réfléchir à haute voix, Toshiro me demanda si j'avais un moyen de contacter mon vaisseau et si j'avais prévu un plan de secours. Je lui fit part de mon idée, mais comment les contacter sans risque ?

 

Toshiro bidouilla quelque chose au niveau de la console du radar et se servi d'un petit appareil sorti de l'une de ses poches. Il m'assura que je pouvais transmettre un message bref, que celui-ci arriverait sans peine au constellation, mais qu'il risquait d'être intercepté.

 

Le temps que je passe le message, Jamieson reprit contact et Toshiro annonça sa reddition afin de gagner du temps. Comme il prévoyait, le Freelancer Mis n'avait pas échappé aux pirates qui l'avaient ajouté à la liste de leurs demandes.  Mon compagnon d'infortune proposa de désactiver les systèmes de sécurité internes en échange de la garantie que l'équipage de l'Orion soit déposé sain et sauf sur la plateforme.

Le pirate accepta le deal et demanda à Toshiro de procéder, puis d'embarquer dans le Cutlass qui venait d'atterrir sur la plateforme. De mon côté, je me demandais comment calculer la valeur de la parole d'un pirate, mais cela n'avait pas réellement d'importance vu ce qui allait suivre.

Lorsque nous marchions vers la plateforme, Toshiro m'informa qu'il n'y avait pas de système de sécurité interne et qu'en attendant la cavalerie, nous allions devoir faire diversion. Comble de la situation, les pirates étaient tellement confiants que le Cutlass sensé le prendre en charge s'était posé juste devant son Freelancer, à une distance qui permettait le tir d'un missile, sans trop de risques. A ce niveau, c'était parfait.

 

J'ai pu embarqué dans le Merlin, malgré les injonctions d'un des pirates du Cutlass, il commença à tirer sur mon vaisseau au moment ou je mis les moteurs en route et profitant de la confusion de la situation, Toshiro alluma les moteur et pulvérisa le Cutlass avec le tir de deux missiles.

 

Il n'en fallu pas plus pour lancer la chasse, les Buccaneer nous tombèrent dessus rapidement et je peux vous dire que si ce vaisseau est fragile, il est terriblement bien armé pour sa taille. Quant à moi, j'étais dans la merde... J'étais en Merlin.

 

Il ne fallu néanmoins pas longtemps à William pour réagir et lancer la contre attaque avec Ramirez à la tourelle du haut, ramenant le rapport de force à un niveau plus acceptable. 

 

Profitant du rétablissement des communications, William m'informa que mon message était bien passé. Il envoya un appel à l'aide aux space rangers restés en retrait et dans les minutes qui suivirent, un patrouilleur de classe Hammerhead fit son apparition et engagea les chasseurs ennemis. Le boulot fut vite fait, ce genre d'engin étant conçu principalement pour contrer la chasse ennemie.

 

C'était une option logique et j'y avais pensé pour le cas où les vanduuls se seraient montrés. Le Hammerhead aurait permis un retrait sans encombre.

 

Une fois les chasseurs détruits, le vaisseau pris position face au Caterpillar, qui annonça sa réddition sans condition.

 

La bataille était terminée, sans perte de notre côté. Bien sûr c'était sans compter les pauvres bougres qui accompagnaient l'Orion et qui n'avaient rien pu faire. Personnellement, je trouve qu'un siège éjectable n'est pas quelque chose d'optionnel. En Aurora LN, ces gars avaient peu de chances et tout est allé si vite.

 

Quant à moi j'avais eu de la chance, parce qu'avec mon Merlin, la situation ne jouait pas en ma faveur.

Ma "boite de conserve" comme Ramirez l'appelle, n'était quasiment plus que çà, il était trop endommagé pour s'amarrer au Connie et j'ai dû le laisser sur place. 

L'Orion sorti du système et nous avons pu évacuer Davina et Pauwels avant que le radar ne s'affole à nouveau. Les vanduuls étaient en route et nous n'allions pas les attendre.

Toshiro, qui connaissait Carlos, lui demanda son concours pour aborder le Caterpillar afin qu'il aille règler ses comptes avec Jamieson. Il refusa mon aide et promis de reprendre contact rapidement.

 

Ramirez rentra quelques heures plus tard. L'affaire était faite, Toshiro avait emmené Jamieson dans le but d'encaisser la prime sur sa tête à titre de dédommagement. 

 

 

Plus qu'à attendre de ses nouvelles ...

 

 

 

 

 

Please reload

Posts Récents

5/11/2018

5/11/2018

Please reload

star citizen
MadeByTheCommunity_Black.png

Star Citizen

FRANCE

DvMXOrZ.png
Discord-LogoWordmark-Color-800x272.png
Star map - Star citizen
00:00 / 00:00

© 2946 Rangers.created